Accueil > Du côté de Questembert > Les élus > Démocratie Participative, un gros mot : Clients ou Citoyens ?

Démocratie Participative, un gros mot : Clients ou Citoyens ?

La tribune de nos élus dans le bulletin municipal de novembre/décembre

    Partager : sur Facebook, sur Twitter, sur Google+.

La démocratie participative est un terme apparu dans les années 60 au moment où l’on interrogeait la démocratie représentative. Cette interrogation est toujours présente. Il paraît évident que la distance sociale entre les citoyens et leurs élus (départementaux, régionaux et nationaux) et la distance kilométrique, physique sont liées.

Pour autant, faire vivre la démocratie participative au niveau plus local n’est pas si facile. Nous, en tant que citoyen, devons prendre part à la décision politique pas uniquement lors des élections, mais le plus souvent possible en intégrant ’ensemble des lieux de réflexion et de travail pour le bien et le lien communs. Face à des problématiques du quotidien plus nombreuses et complexes qu’avant, les habitants de la cité ne doivent pas être des clients des services mais bien des
citoyens.

Le citoyen est la personne de la cité jouissant des droits et des devoirs civils et
politiques. Si les habitants ne doivent pas prendre les élus et les services de l’état comme une entreprise privée devant répondre à toutes leurs attentes individuelles, les élus et les services, quant à eux, doivent considérer les habitants comme des
citoyens adultes et responsables.

Alors que faire de cette démocratie participative dans notre territoire rural et dispersé ? Tout dans nos vies est par nature complexe est en transition y compris la
démocratie. La prochaine équipe municipale devra ouvrir (ou rouvrir) ce champ des possibles que sont les initiatives citoyennes.

La mise en œuvre des réunions de quartier est utile. Mais comment les anime-t-
on et comment les fait-on vivre ? Nous ne voulons pas de réunions d’informations uniquement ; il convient de construire notre cité ensemble avec vous et dans l’intérêt du plus grand nombre.
La problématique du transport scolaire évoqué lors du dernier conseil municipal
et en réunion de quartier en est un exemple frappant.
Les citoyens qui s’adressent aux services de l’Etat et/ou aux collectivités, et, a
fortiori, à la mairie doivent être entendus et écoutés : c’est le début. Mais ce n’est
que le début. Les réponses à l’emporte-pièce en public ne peuvent être la seule
réponse possible.

La concertation, le travail et enfin le choix de solutions à court, moyen et long
termes sont la seule voie possible.

La démocratie demande des efforts.

La démocratie participative demande de la persévérance et le respect de l’autre.

Publié le mardi 5 novembre 2019, par Rédacteur.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document