Accueil > Du côté de Questembert > Communauté de Communes > Réduire nos déchets, un enjeu majeur pour notre territoire

Réduire nos déchets, un enjeu majeur pour notre territoire

    Partager : sur Facebook, sur Twitter, sur Google+.

Nous produisons tous de plus en plus de déchets et le traitement de ces déchets devient de plus en plus coûteux au fur et à mesure que la réglementation se durcit. La communauté de communes du pays de Questembert a voulu se donner les moyens pour maîtriser l’évolution en choisissant la redevance incitative.

Un paiement lié au service rendu

D’abord il faut savoir que le financement du service déchets doit être équilibré : les dépenses (personnel, bennes à ordures, déchetteries, traitement, etc) doivent être compensées par des recettes dédiées.
Aujourd’hui, la collecte et le traitement des déchets ménagers sont financés par la TEOM (Taxe d’Enlèvement des Ordures Ménagères) fondée sur la valeur locative de la maison : en principe, si vous avez une grande et belle maison, vous avez plus d’aisance, vous avez une « plus grande faculté contributive ». Mais cela peut générer des injustices :
selon la commune où vous habitez, cette valeur locative est plus ou moins élevée. En tout cas, la taille de votre maison n’a guère de rapport avec la quantité de déchets que vous donnez à traiter ! Une personne seule dans une grande maison dotée d’un jardin remplit moins vite sa poubelle que la famille avec deux enfants en bas âge dans un appartement.

L’augmentation attendue des coûts de traitement

Le traitement des déchets triés (végétaux, métaux, papiers, verres, emballages) est à peu près maîtrisé mais ce qui coûte le plus ce sont les ordures ménagères résiduelles que nous devons expédier par camions en Mayenne. Les coûts vont encore augmenter avec la mise en service d’une UPMB (Unité de Prétraitement MécanoBiologique par le SYSEM (Syndicat du Sud-Est Morbihan), syndicat qui regroupe les communautés du pays de Vannes et la communauté de La Gacilly. L’UPMB en construction à Vannes permettra de retirer la partie fermentescible des ordures ménagères pour en faire du compost : le reste sera essentiellement des matières sèches plus faciles à stocker en balles ensachées. L’UPMB est un outil industriel de 27 millions d’euros qui devra être financé par les taxes ou redevances liées aux ordures ménagères. On voit que la facture déchets va s’alourdir considérablement si nous ne faisons rien. Et le déchet le moins coûteux à traiter, c’est celui qu’on ne produit pas.

Pour réduire les déchets : la redevance incitative

Il s’agit donc de réduire les déchets au maximum : encore faut-il que ceux qui en font l’effort soient récompensés. C’est le point de départ de la redevance incitative : moins je produirai de déchets, plus ma facture sera légère. Une fois le principe établi, reste à le mettre en pratique. A partir de 2012, avec une facturation « à blanc » en 2011, les ménages paieront une redevance qui comportera une part fixe, comme l’abonnement au service d’eau, et une part variable liée au nombre de fois où le bac sera présenté au ramassage. Chaque foyer aura un bac identifié par une puce électronique qui sera lue sur la benne à ordures ménagères.

Chacun aura donc intérêt à ne mettre à la poubelle que ce qu’il n’aura pas pu composter ou trier. Pour développer le compostage, ce qui est facile dans nos territoires ruraux, la communauté distribue gratuitement des composteurs qui permettent de traiter les épluchures, les restes de repas. Les emballages légers seront ramassés en sacs jaunes mis gratuitement à la disposition de tous, mais ces sacs seront identifiés : pas question de tricher, puisque le numéro indiquera à qui le sac appartient ! Les papiers/journaux et le verre seront comme aujourd’hui collectés dans les points d’apport volontaire.

Une nouvelle déchetterie

En plus du compostage et de la collecte à domicile des emballages légers, il est nécessaire de faciliter les dépôts en déchetterie : c’est essentiel pour les déchets dangereux (peintures, solvants, etc) qui doivent absolument sortis des ordures ménagères, et pour tout ce qui peut être recyclé (métaux, bois, etc). Il faut donc qu’il y ait à proximité des usagers un dépôt commode et accessible. C’est pourquoi la communauté a aussi décidé de se doter d’une nouvelle déchetterie sur sa partie ouest, les « écostations » de Kervault, du Flachec et de la Chanterie n’étant pas aux normes. Une première étude d’optimisation de la collecte avait défini un cercle dont le centre pouvait être du côté de Lesnoyal, mais ce centre géographique n’a jamais été retenu comme hypothèse sérieuse, même si certains entretiennent la rumeur et du coup la rendent insistante... Pour assurer la pertinence du choix d’implantation en fonction de multiples critères, la communauté a missionné un bureau d’études qui rendra ses conclusions d’ici la fin de l’année.

Réduire, trier, valoriser nos déchets, on a tous à y gagner !

Publié le samedi 6 novembre 2010.

Messages

  • 12-11-2010 Chaque Français jette 20 kg de nourriture par an !
    Chaque année, nous jetons en moyenne 7 kg de produits encore emballés, non entamés ! Un gaspillage alimentaire et un scandale environnemental et social. Yaourts, viande, plats préparés..
    En un an, chaque Français jette en moyenne 7 kg de produits encore emballés, non entamés !

    Un chiffre étonnant et écœurant qui ne tient pas compte, par exemple, du pain rassis, des fruits et légumes avariés et des restes cuisinés qui finissent bien souvent aux ordures. De surcroît, cette statistique n’inclut pas les productions agricoles jetées directement après la récolte sans être distribuées ou récupérées. Tout compris, le gaspillage alimentaire représenterait au minimum une vingtaine de kilos de déchets par an et par personne. Nos voisins britanniques estiment, selon une récente étude, qu’un quart des produits alimentaires achetés finissent dans la poubelle des ménages. Or, l’Organisation Mondiale de l’Alimentation (FAO) affirme que 90% des gens n’auraient pas conscience de la quantité de nourriture qu’ils jettent et des ressources nécessaires à sa production et transformation. Ainsi, qui sait que derrière une baguette de pain rassis jetée à la poubelle, c’est une baignoire d’eau que l’on gaspille indirectement, volume d’eau qui a été nécessaire à sa production ? Alors que cette même baguette aurait pu éviter d’être rassis en étant conditionnée au congélateur et quand bien même elle pourrait accompagner une soupe.

    Pertes de productivités, pertes pendant le stockage, gaspillage... Du champ à nos assiettes, l’ensemble des pertes est estimé au total à 55% de la production agricole mondiale.
    Ce sont donc plus de la moitié des terres agricoles qui sont exploitées inutilement à cause du gaspillage alimentaire. Pour Lionel Vilain, chargé de mission agriculture pour France Nature Environnement, ’il ne faut pas oublier que le gaspillage alimentaire représente autant de pollutions des sols inutiles ou de consommation d’eau pour irriguer ces mêmes terres. Il est certain que des économies très importantes pourraient être réalisées, économies qui permettraient probablement d’éviter d’avoir à doper la production agricole à grands coups de pesticides ou de déforestation, sans compter également les bénéfices économiques et sanitaires pour la population’.
    En savoir plus en lisant l’article source de notre-planete.info

    Répondre à ce message

  • Autres chiffres :

    Le verre est un matériau d’emballage recyclable à 100 %. En faisant fondre 1 tonne de verre collecté, on obtient 1 tonne de verre de même qualité. Le verre recyclé demande moins d’énergie que de fondre de la matière première et permet aussi de limiter les prélèvements dans la nature.

    Le carton d’emballage récupéré permet d’économiser 2,5 tonnes de bois pour 1 tonne de déchet.

    Bouteilles en plastique, 35 000 de ces bouteilles recyclées permettent de fabriquer une tonne de matière plastique, transformée ensuite en tuyaux, fibres polaires ou moquettes et d’économiser environ 1,3 tonnes de pétrole.

    L’acier, 1 tonne recyclée fait économiser 1 tonne de minerai de fer.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Agenda