Accueil > Du côté de Questembert > Communauté de Communes > Ouverture du centre d’arts de Caden

Ouverture du centre d’arts de Caden

    Partager : sur Facebook, sur Twitter, sur Google+.

Samedi 18 décembre, une petite cérémonie a marqué l’ouverture au public du Centre d’arts de Caden, « La maison des arts manuels et du patrimoine rural, les Digitales. » Installé dans un ensemble de grande valeur, l’ancien presbytère, le Centre d’Arts communautaire de Caden sera sans aucun doute un atout majeur du développement local.
L’inauguration officielle aura lieu au printemps prochain après la période électorale.

La collection du père Sevestre

Le point de départ de cette maison des arts manuels et du patrimoine rural vient du musée du Père Sevestre : agriculteur à la retraite, bricoleur génial, il avait fabriqué tout une série de maquettes, de modèles réduits, renvoyant à la vie d’autrefois à la campagne. Il avait peu à peu mis en place un musée où les visiteurs arrivaient par cars entiers : il faut dire que la presse, dont le magazine le Pèlerin, en avait fait une belle présentation. A sa mort, ses enfants n’ont pas pu assurer l’accueil régulier et le musée a été fermé. Des collectionneurs privés se sont intéressés à ce trésor, soit pour racheter des objets particuliers, soit pour l’ensemble. Mais la famille, et tous les Cadennais, ont souhaité que ce patrimoine reste sur le territoire. Le Conseil Communautaire a choisi d’acheter la collection au prix évalué par un commissaire priseur.

Un projet communautaire

Une telle collection ne pouvait pas « rester sous le boisseau » et l’idée a cheminé de construire autour de cet ensemble quelque chose comme un « écomusée » centré sur les traditions et la vie quotidienne d’une commune rurale à travers le XXème siècle. De son côté, l’association Esquisses et Traces rassemble à Caden et aux alentours des amateurs des arts plastiques : de la sculpture, à la peinture en passant par la vannerie, la couture, et le crochet. La commune a proposé de mettre à la disposition de la communauté la partie ouest de ce qui était autrefois le presbytère. Ainsi est né le projet communautaire de Centre d’Arts.

L’appui d’un scénographe

Pour mettre en valeur la collection du père Sevestre, il n’était pas possible de se contenter de poser les objets côte à côte en y ajoutant des étiquettes ou des notices. La Communauté a voulu s’adjoindre les compétences d’une équipe de scénographes : la conception et la réalisation de musées ou d’expositions est un métier à parts entières. Retenu après consultation, le cabinet rennais Ecoumène a proposé une mise en scène originale : chaque objet est visible sous plusieurs angles. D’autre part, pour ancrer la collection du père Sevestre dans le territoire vivant d’aujourd’hui, l’exposition s’enrichit d’images de l’agriculture moderne et d’interviews des acteurs de ces évolutions.

Trois objectifs

A côté de la partie musée, le centre d’arts prévoit une salle d’exposition et des espaces dédiés aux pratiques artistiques. Un atelier orienté vers le nord-est permet de garder une lumière homogène propice à la sculpture et à la peinture particulièrement. Pour l’ouverture, samedi 18, les cimaises de la salle d’exposition présentaient des oeuvres des artistes locaux, Florence Dubut, et bien sûr, Michel Hellard, président de l’association Esquisses et Traces, peintre et sculpteur, qui a été la cheville ouvrière du projet à Caden.

Des cofinancements importants

Le projet au total a côuté 650000 euros, mais la communauté a obtenu des concours importants de l’Etat, du Département et de la Région qui représentent près de 400000 euros : les partenaires ont reconnu l’intérêt de ce projet pour la conservation du patrimoine et pour le développement local. Et le vice-président du conseil régional, lors de sa visite au pays de Questembert en octobre, a suggéré que la démarche de collecte des pratiques initiées pour le projet s’inscrive à plus long terme dans la « conservation du patrimoine immatériel ».
Pendant l'allocution de Bernard Chauvin

Faire vivre ce lieu collectif

Un comité d’animation s’est constitué autour de Paul Soulard, vice-président de la communauté en charge de la culture, et de Michel Hellard. C’est une suggestion de Michel Hellard qui a conduit à nommer ce nouveau lieu « les Digitales », en écho à l’Asphodèle, mais aussi parce que le nom de la digitale renvoie au travail des doigts et de la main. L’office de tourisme intercommunal a prévu de participer à la promotion de ce nouvel atout de notre territoire. Dans un premier temps, le centre d’art sera ouvert le jeudi de 10h à 12h et le vendredi de 14h à 16h00.

L'ancien presbytère devenu la mairie et le centre d'arts

Publié le mardi 21 décembre 2010.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Agenda