Accueil > Editoriaux > La Communauté formalise son projet de territoire

La Communauté formalise son projet de territoire

    Partager : sur Facebook, sur Twitter, sur Google+.

La Communauté de Communes, à mi-parcours du mandat 2008-2014, focalise son attention sur le projet de territoire. Qu’en est-il de l’action menée depuis la création de la Communauté ? A-t-elle suivi le cap qu’elle s’était donné ? Comment se sont concrétisées ses valeurs et ses engagements : développement harmonieux du territoire, solidarité entre les communes et entre les citoyens. Comment les nouveaux entrants ont-ils enrichi la réflexion ? Et surtout quelle prospective pouvons-nous tracer pour notre territoire qui, avec ses treize communes et un peu plus de vingt mille habitants, a maintenant atteint son équilibre et acquis une légitimité incontestable ?

Notre territoire dans 10 ans

Lundi 5 septembre, à l’Asphodèle, les élus communautaires et les membres des comités consultatifs se sont retrouvés pour l’avant-dernière séance avant la formalisation du projet de territoire.
Dans leur réflexion, ils ont utilisé la démarche prospective.
Il s’agit de se projeter dans les 10 prochaines années en imaginant quelles transformations se seront produites (ce qui est probable, pas forcément ce qui est souhaitable !) et comment les actions de la communauté, des citoyens et de tous les acteurs se seront adaptés au contexte ou auront contribué à le transformer.

Pour le débat, en petits groupes mélangés, ils avaient à leur disposition un canevas décrivant les axes majeurs, les orientations principales et esquissant les actions à mettre en œuvre. Cependant, avant de lancer la discussion, ils devaient choisir dans une longue liste, les 5 actions qui leur paraissaient prioritaires.

Démocratie participative

Avant cette soirée de synthèse, tous les comités consultatifs, et spécialement, le groupe aménagement du territoire qui, avec Monique Danion et Tangi Cheval, pilotait le projet, avaient planché à de nombreuses reprises pour définir les quatre axes majeurs, les 15 orientations déclinées en 37 actions. Les groupes intégraient aussi bien des délégués communautaires que des élus communaux et des personnalités intéressées. La démarche a été longue, mais elle a été très productive : c’est une construction collective sur le long terme, avec des bases solides et partagées.

Une réflexion commencée en 2007

A la fin du mandat précédent, les élus avaient voulu faire un point sur les dix ans d’existence de la CC. Comment le projet initial de « développement harmonieux et équilibré » avait été mis en œuvre ? Quelles perspectives pouvaient être tracées pour l’avenir, avec l’intégration de nouvelles communes, la disparition du SIVOM, la prise de nouvelles compétences ? La communauté avait choisi de se faire accompagner par Futurouest, un bureau d’études spécialisé dans la prospective, qui avait organisé les débats et les échanges avec les acteurs locaux. Le document final présenté en assemblée générale affirmait clairement une double volonté de développement économique et écologique sous le titre Scénario ECO ².

Au début du mandat, le travail accompli avait été présenté dans chaque conseil municipal, pour appropriation et adaptation. La fusion avec le SIVOM a pas mal mobilisé les énergies des uns et des autres et du coup retardé l’avancement du projet. La réunion du 5 septembre peut être considérée comme une dernière étape avant l’adoption du document au conseil communautaire sans doute en octobre. Il sera ensuite présenté à notre assemblée annuelle ouverte à tous au début décembre. Ainsi seront validées les priorités d’action qu’il faudra confronter avec les ressources de la communauté. A ce jour, les effets des réformes fiscales et territoriales brouillent l’horizon : pour donner un exemple concret, les services de l’État sont encore incapables de nous indiquer nos recettes fiscales définitives !

Des priorités claires

Les deux questionnaires, au début de la réunion et à la fin, ont montré un large consensus sur les priorités d’action. L’appui au développement des entreprises apparaît comme la préoccupation première pour accroître la richesse collective et l’offre d’emploi. Mais les élus marquent aussi leur volonté d’offrir des services équivalents à tous les habitants de la communauté, tant dans le domaine culturel que pour l’enfance, la jeunesse et les seniors.

De façon constante, la question de la mobilité est revenue comme un obstacle à surmonter pour mettre en œuvre les nouveaux services attendus par nos concitoyens. Ce sera une gageure pour le succès de notre projet

Au-delà de l’esprit de clocher, le projet partagé

En somme, l’engagement initial de « développement harmonieux et équilibré » reste la colonne vertébrale du projet partagé. Nous avons tous constaté avec plaisir que tous les participants ont sur dépasser l’esprit de clocher pour apporter sa pierre au développement de l’ensemble du territoire : personne ne renonce à son identité, mais nos différences se fondent dans la richesse du projet collectif.

Publié le mardi 13 septembre 2011, par Paul Paboeuf.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Agenda