Accueil > Du côté de Questembert > Dossiers > Un citoyen = une voix ? Pour le cimetière, ça ne compte pas

Un citoyen = une voix ? Pour le cimetière, ça ne compte pas

    Partager : sur Facebook, sur Twitter, sur Google+.

La « consultation » bricolée par la municipalité est achevée et nous avons versé au débat nos objections sur la forme et sur les informations diffusées par le document support. Nous n’avons cependant pas appelé au boycott. Notre collègue Maxime Picard propose ici un regard critique sur cette parodie de démocratie. Voici la lettre qu’il a adressée à Mme Martin et à ses colistiers.

Mesdames et Messieurs les élus de la majorité municipale de Questembert,

Comme citoyens d’une démocratie accomplie, et au vu de vos responsabilités, je vous sais toutes et tous attachés aux valeurs démocratiques qui font de notre pays une grande nation dans le concert mondial.

Cette démocratie se construit d’une part autour de grandes valeurs, et d’autre part sur des éléments extrêmement simples :

La citoyenneté lors d’un vote, c’est un citoyen = une voix.

Or vous avez fait le choix de consulter les habitants de notre commune sur la base d’une autre règle : pour un foyer qui reçoit le bulletin municipal, un bulletin réponse. Ce nouveau concept au sein d’une démocratie est à mes yeux une insulte vis-à-vis des
Questembertois : 4100 bulletins pour 5800 citoyens, à quoi cela rime-t-il ?

Dans l’inconfort du débat en Conseil municipal, un élu de votre majorité a même cru logique d’avancer que cela correspond aux foyers fiscaux.

Dans un pays où le suffrage censitaire a disparu depuis bien plus d’un siècle, cet argument ne tient pas la route. La réalité est hélas bien triste. Dans les familles où plusieurs citoyens vivent sous le même toit, leur voix aura moins de valeur que ceux qui vivent seuls, sauf à comprendre que seuls les chefs de famille ont désormais le droit de vote à Questembert.

En ce sens, il aurait pu être organisé une consultation sérieuse, et sur le fond et sur la forme. Au lieu de cela, vous avez préféré un « vote » folklorique qui donne à voir une image bien négative de notre commune.

Pour illustrer mon propos, je ne peux que m’avouer surpris lorsque j’ai reçu un second bulletin de vote dans ma boite aux lettres alors que je vis seul dans mon appartement. En outre, il traînait au-dessus des boites aux lettres de mon immeuble un journal municipal, et donc potentiellement un 3 ème bulletin de vote... Consternant !

Pour ce qui me concerne, vous connaissez ma position de fond. Je l’ai maintes fois rappelé en Conseil municipal

En conséquence, je ne prendrai pas part à ce vote-mascarade que certains d’entre vous promeuvent, à des fins qui ne peuvent pas être de servir la démocratie et par-là le bien public. Un tel niveau d’improvisation, de maladresse, ou de malveillance privera tout sens à la décision que vous appuierez sur le résultat de cette « consultation ».

Pour ce qui me concerne, je crois que la démocratie vaut mieux qu’un vote où le principe d’égalité entre citoyens est bafoué, et où la voix de certains comptera donc plus que d’autres. D’autres communes dans le Morbihan ont voulu associer leurs habitants à la prise de décision sur des sujets de ce type. Élus de la majorité municipale questembertoise, vous avez choisi une solution totalement inadaptée à la décision que vous souhaitez prendre. Et vous avez volontairement escamoté au maximum le débat de fond, pour « coller » à la question simpliste que vous soumettez à ce suffrage sélectif.

On pourrait résumer votre affaire ainsi : tapez 1 ou tapez 2, ne discutez pas et fermez le ban.

C’est au fond ce qui nous distingue : je crois en la démocratie représentative et participative, la vraie, celle qui permet un débat éclairé et contradictoire, qui reconnaît la complexité des choses et fait le pari de l’intelligence de nos concitoyens. Vous préférez tenter de l’utiliser à votre profit en jouant sur la dimension émotionnelle d’un sujet comme un cimetière.

Vous aurez peut-être temporairement raison, au moins ponctuellement, au vu des expédients qui sont les vôtres. Mais à la longue, vous serez durement sanctionnés. Car personne ne sera dupe au final de votre intention d’utiliser cette farce à un profit bien loin du souci du bien commun.

Publié le mardi 7 novembre 2017, par Maxime Picard.

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document