Accueil > Du côté de Questembert > Loisirs et Culture > « Hugo Cabret » en avant-première à l’IRIS Cinéma

« Hugo Cabret » en avant-première à l’IRIS Cinéma

    Partager : sur Facebook, sur Twitter, sur Google+.

A partir d’aujourd’hui, l’Iris-Cinéma programme le dernier film de Martin Scorcese « Hugo Cabret », un conte de Noël pour toute la famille (peut-être un peu compliqué pour les petits cependant). Dans le Paris des années 30, le jeune Hugo est un orphelin de douze ans qui vit dans une gare. Son passé est un mystère et son destin une énigme. De son père, il ne lui reste qu’un étrange automate dont il cherche la clé - en forme de cœur - qui pourrait le faire fonctionner. En rencontrant Isabelle, il a peut-être trouvé la clé, mais ce n’est que le début de l’aventure…

Martin Scorsese remonte le temps du cinéma. Il arrive tout près de sa création et fait se croiser les chemins de l’orphelin Hugo Cabret (Asa Butterfield) et du vieux cinéaste Georges Méliès. En chemin, Scorsese retrouve les secrets des enchantements enfantins qu’il fait surgir avec autant d’aisance qu’il réglait les combats de boxe dans Raging Bull.

Asa Butterfield dans le film de Scorcese

Dans un article très élogieux intitulé « Méliès n’est pas mort, il s’appelle Scorcese, » le Monde présente Hugo Cabret, un film d’aventures rocambolesque qui se déroule dans le décor reconstitué d’une gare Montparnasse des années vingt. A cette époque Georges Méliès, retraité du cinéma ayant rejoint la foule des anonymes, tenait avec sa femme (et ancienne actrice), Jeanne d’Alcy, une boutique de jouets. Il avait été le père des trucages cinématographiques. Mais alors qu’il était ruiné, qu’il n’avait plus les moyens de tourner, il avait brûlé toutes les copies qui lui restaient de ses films.

Hugo Cabret la presse enthousiaste

Le Monde (14/12/2011)

Un splendide hommage à Méliès, ce cinéaste magicien, inventeur de l’illusion cinématographique. Au cours de leurs pérégrinations, les enfants découvrent non seulement les films de Méliès (et avec eux ceux des frères Lumière, d’Harold Lloyd, de Buster Keaton, de Georg Pabst...), mais permettent à leur auteur (Ben Kingsley, parfait en vieille statue de cire indéridable), qui les croyait détruits à jamais, de les voir à nouveau projetés devant une salle pleine à craquer. 

Ouest France

Hugo Cabret, c’est le bel hommage de Martin Scorsese au grand réalisateur français qui ouvrit la voie au cinéma de l’imagination et du rêve.

Positif 

Hugo Cabret (...) recèle d’innombrables merveilles et dispense en avalanche ses splendeurs visuelles et émotionnelles. »

La critique complète est disponible sur le site Positif

Elle

On est médusés, bluffés, estomaqués. Par la beauté des images, l’ingéniosité du scénario, la mise en scène... (...) L’hommage de Martin Scorsese à Georges Méliès (...) vaut toutes les lettres d’amour au septième art.
Chloé Moretz et Asa Butterfield

La bande annonce

Des vidéos pour connaître Georges Méliès

Le voyage dans la lune, d’après Jules Verne 1902 !!!

Un extrait du même film, colorié au pinceau « Le Voyage dans la Lune » de Georges Méliès a été restaurée dans sa version coloriée au pinceau. Plus d’info sur la la-croix.com :

Un documentaire sur la restauration du film de Méliès

Publié le mercredi 14 décembre 2011.

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document

Agenda