Accueil > Du côté de Questembert > Conseil Municipal > Equipements sportifs : que de temps perdu

Equipements sportifs : que de temps perdu

    Partager : sur Facebook, sur Twitter, sur Google+.

Le conseil du 18 mars devait débattre (voter !) l’abandon des travaux annoncé pour les vestiaires du stade d’honneur, ce qui implique de prévoir à une échéance inconnue la réalisation d’un nouveau complexe sportif... pour au moins 1,5 M€. Pour éclairer le débat, nous avons interrogé Gérard Launay, qui pendant trois mandats a suivi la vie associative, et Boris Lemaire, nouveau conseiller municipal, responsable d’association sportive et membre de l’Office Municipal des Sports.

Question : la municipalité vient de renoncer à traiter le problème des vestiaires du stade d’honneur, votre réaction ?

Boris Lemaire : Le 4 mars, les conseillers municipaux étaient invités à participer à une réunion de travail, à laquelle étaient conviés des représentants de la section Foot de la Bogue d’or. EADM, dans le cadre de sa mission « Assistance à Maîtrise d’Ouvrage » pour l’école devait aussi traiter la question des vestiaires.

Gérard Launay : De mémoire, l’enveloppe prévue pour ça était de 400 K€. J’avais dit à ce moment-là que c’était une somme très insuffisante pour traiter la question du stade.

Boris Lemaire : La séance a donc commencé par la présentation des scénarios qui pourraient répondre aux besoins (voir document joint). Quatre hypothèses ont été présentées :

Les deux premières hypothèses, d’un coût comparable (entre 250 et 300 K€) ont été balayées d’emblée : trop cher pour une solution temporaire, le terrain d’honneur mérite d’être urbanisé.

Le maire B. Thomyre, au début des années 90, avait confié une étude d’urbanisme au CAUE et le schéma global prévoyait la transformation du stade d’honneur en zone urbaine, avec des logements. Et c’était inscrit dans le POS de 1994, mais finalement pas retenu, du fait de l’opposition des anciens de la BO.

Les deux autres hypothèses sont beaucoup plus coûteuses (environ 1,5 M€). La réalisation d’un stade d’honneur aux Buttes impose le choix du synthétique pour permettre un usage intensif (football de compétition, mais aussi scolaires dont la section foot du collège St-Joseph) ; les footballeurs de la Bogue d’or ont beaucoup de réticences face au synthétique et préféreraient dès lors l’hypothèse du terrain d’honneur au Galinio, avec une pelouse naturelle. Notez qu’une pelouse naturelle peut difficilement supporter plus de 2 matches par semaine.

JPEG - 644.8 ko
Au terrain des Buttes, travaux pour l’athlétisme

Evidemment, le choix n’est pas facile... Et en attendant, les footeux devront se contenter des vestiaires actuels – dont la vétusté était choquante en 2014, rappelez-vous – qui n’auront qu’un coup de badigeon.

Un petit souvenir de 2015

Voilà la situation aujourd’hui : en fait, nous avons été réunis pour valider l’abandon du projet vestiaires et permettre à la majorité de s’abriter derrière le consensus.

Question : Donc, ce qui était urgent en 2014 est repoussé à 2020, 2021 ?

Gérard Launay : Oui, et les sportifs ont de quoi être amers. Dès 2013, nous avions demandé aux responsables du football de définir leurs besoins. En effet, nous avions fait travailler le bureau d’études bâtiments de la mairie sur la rénovation des vestiaires existants ou sur la construction de vestiaires neufs et nous étions arrivés à la même conclusion que la municipalité de Mme Martin... en 2019 !

Question : Et l’Office Municipal des Sports dans cette affaire ?

Gérard Launay : Rappelons que, malgré notre demande, nous n’avions pas obtenu de siège à l’OMS : refus catégorique de Mme Martin ! Alors que, dès sa création, au début des années 80, les élus minoritaires y avaient une place : Alain Le Cadre en a d’ailleurs été le premier président de 1984 à 1989.

Boris Lemaire : Je suis membre de l’OMS en tant que responsable d’association sportive. Depuis 2014, l’OMS a été mis sous l’éteignoir... et, à ce jour, directement sous la coupe de l’adjoint aux associations, aux sports... D’ailleurs, l’OMS aurait dû être associé à la réunion du 4 mars. Ce qui aurait évité les grincements de dents des responsables de l’athlétisme : si la ville investit 1,5 million dans un équipement sportif, cela ne peut pas concerner seulement la section football d’un club, fût-ce le plus important de la commune. Mis en œuvre en même temps que l’école, le projet de stade au Galinio ou aux Buttes pouvait s’entendre et eût été politiquement plus acceptable.

Gérard Launay : En effet, les questions d’équipement sportifs sont dans les attributions statutaires de l’Office des Sports. Et il faut bien constater que, dans les faits, l’OMS n’est pas invité à en débattre : pas de discussion sur les travaux (nécessaires) pour l’athlétisme, pour les nouveaux matériels au complexe des Buttes. Alors que l’OMS, en rassemblant les sportifs de toutes les disciplines et aussi les scolaires, oblige les uns et les autres à confronter leurs points de vue et donc à élaborer des compromis, à sortir du chacun pour soi.

Question : L’OMS, un lieu d’exercice de la citoyenneté participative ?

Boris Lemaire : Exactement, et, faire revivre ces instances ouvertes aux citoyens en fonction de leurs centres d’intérêt, ce sera pour nous un des enjeux des municipales de 2020.

Publié le mardi 2 avril 2019, par Boris Lemaire, Gérard Launay, Rédacteur.

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Lien hypertexte

(Si votre message se réfère à un article publié sur le Web, ou à une page fournissant plus d’informations, vous pouvez indiquer ci-après le titre de la page et son adresse.)

Ajouter un document